Visite de Gadji

Qu’est ce que l’ISD de Gadji ?

L’ISD est une Installation de Stockage de Déchets.

L’ISD de Gadji est un site de classe II, c’est à dire qu’il s’occupe seulement des déchets non dangereux (par exemple les déchets ménagers, les déchets industriels banals, les déchets verts, les matières plastiques, les bois non traités…). Le site est ouvert depuis juin 2007. Il est prévu pour 30 années d’exploitation (fermeture en 2037).
Les camions, qui transportent les déchets jusqu’à l’ISD, sont pesés à l’entrée sur un pont bascule. Sur le côté du pont bascule il y a aussi un appareil qui détecte la radioactivité.
Les camions seront repesés à leur sortie, ce qui permet de calculer le poids des déchets amenés à l’ISD.

  • Les camions sont pesés à l’entrée et à la sortie
  • L’appareil qui détecte la radioactivité

Par an l’installation reçoit entre 160 000 et 190 000 tonnes de déchets au total, dont environ 20 000 tonnes de déchets verts.

Un espace pour les particuliers : le quai d’apport volontaire

Un espace est mis à disposition des particuliers et des petites entreprises : le quai d’apport volontaire.

Il y a six bennes :
- deux pour les déchets verts. Un projet pilote est mis en place pour le compostage de ces déchets verts.

  • Benne pour les déchets verts.

- une pour les métaux ferreux qui sont récupérés par EMC (plus un container pour l’aluminium et un pour les métaux non ferreux)

- trois pour les déchets encombrants (le carton n’est pas recyclé pour l’instant)

- un espace pour les batteries et les piles (déchets dangereux qui ne seront pas enfouis dans le centre)

- une remorque pour les pneus

Un conteneur pour les huiles usagées va bientôt être installé.

La structure de l’ISD de Gadji

A l’ISD de Gadji, il y a plusieurs casiers (de A à F). Dans chaque casier il y a deux alvéoles (sauf le F qui comprendra 3 alvéoles). L’exploitation se fait alvéole par alvéole.
L’étanchéité des casiers est assurée par deux systèmes que sont :
- La barrière passive qui est composée de bas en haut :

  • de 50 cm de matériaux en place remanié et compacté à une perméabilité de 10-11 m/s
  • de 30 cm d’argile rapportée et compactée à une perméabilité de 10-7 m/s
    - La barrière active qui est composée de bas en haut :
  • d’un géotextile : membrane blanche
  • d’une géomembrane en PEHD (membrane étanche) : membrane noire
  • d’un géotextile : membrane blanche
  • d’un géofilm Anti-UV : membrane verte

Les casiers ont des parois qui sont stabilisées avec des pneus de voitures et de camions qui ne servent plus. Ensuite le fond est recouvert de pneus déchiquetés.

Les pneus sont déchiquetés pour recouvrir le fond des alvéoles et servir de matériaux drainants

L’alvéole B1 est à mi-exploitation et actuellement en couverture provisoire. Le casier A (alvéoles A1 et A2), est en cours d’exploitation et à la fin de l’année sera fermé définitivement. L’alvéole B2 est actuellement en exploitation depuis le mois de mars.

Le devenir des déchets

Les camions, qui possèdent une benne basculante, viennent décharger les déchets dans les alvéoles. A chaque fois que les casiers se remplissent, d’énormes camions roulent dessus pour les compresser, pour qu’ils prennent moins de place. Ce sont des engins compacteurs à pied de mouton.

Lors de la décomposition des déchets, du lixiviat et du biogaz se forment. Le lixiviat provient de l’eau de pluie qui se charge en polluant organique au contact des déchets. En 2010 il y a eu 4 000 m3 de production de lixiviat (l’année a été très sèche). En 2011 il y en a eu 16 000 m3 (année très pluvieuse). Il faut traiter le lixiviat car cette eau est polluante. Le lixiviat est récupéré par des drains situés au fond des alvéoles puis stockés dans deux bassins. Il y a une capacité de stockage de 7 000 m3 de lixiviat. Le lixiviat est traité une à deux fois par an (campagne de un mois et demi à deux mois) par osmose inverse. Le traitement du lixiviat permet la production de 2 sous produits : le perméat est une eau propre et le concentrat une sorte de boue qui concentre les polluants. L’eau propre est rejetée dans le bassin de rétention des eaux pluviales. Le concentrat est re-circulé dans les casiers de stockage pour l’instant

Le biogaz est formé par la fermentation des déchets. On le récupère quand les casiers sont fermés. Ensuite ils seront brulés dans une torchère. A partir de ce gaz on peut créer de l’électricité.
Pour adoucir les odeurs ils diffusent du parfum.

info portfolio

Benne pour les batteries Benne pour les métaux non ferreux Benne pour les cannettes en aluminium Conteneur pour les métaux Projet pilote de compostage des déchets verts Un casier avec ses 2 alvéoles Pneus déchiquetés pour recouvrir le fond des alvéoles Un camion qui décharge ses déchets Le camion qui compresse les dechets Les bassins de stockage du lixiviat

Mise à jour :
19 juin 2012

© Vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie 2012 | Plan du site | Contact | s'abonner au fil RSSFil RSS | Se connecter