Visite du Race for Water

Le lundi 25 février nous avons pu monter à bord du bateau Race For Water.
Le nom du bateau est aussi le nom de la fondation Race For Water qui signifie course pour l’eau. Ce bateau qui a été crée en 2010 par Marco Simeoni, est parti pour une première odyssée en 2015. Il est actuellement en mission, lors d’une deuxième odyssée, pour 5 ans autour du monde.

Le plastique est une matière qui, grâce à ses propriétés, s’est démocratisée dans les années 1950. En moyenne un objet plastique est utilisé pendant 2 minutes. 80% des déchets marins sont composés de plastique. Chaque minute dans le monde une benne à ordure de déchets est déversée dans l’eau.
En se décomposant (par les chocs, le sel, le soleil et les animaux) le plastique devient des microplastiques qui sont consommés par les êtres vivants et se retrouvent dans leur chair.
Quand on utilise des bouteilles d’eau en plastique, lorsque le plastique "craque" des molécules de plastiques se retrouvent dans l’eau que l’on boit.
C’est pourquoi les 3 missions de la fondation Race For Water, dédiée à la préservation de l’eau et des océans, sont :
- learn (contribuer à l’avancement des connaissances scientifiques sur la pollution de l’eau par les plastiques)
- share (alerter les décideurs, sensibiliser le grand public et éduquer les jeunes générations)
- act (promouvoir et mettre en œuvre des solutions aux impacts économiques, environnementaux et sociaux durables).

Le bateau Race For Water est un bateau écologique avec des équipements de haute technologie qui n’utilisent pas d’énergie fossile : l’électricité est produite grâce à des panneaux solaires et un système qui transforme l’eau en hydrogène. La voile de kite surf permet aussi de faire avancer le bateau.
Sur le bateau, il y a deux laboratoires.

Pendant ce tour du monde, le bateau s’est arrêté sur 2 îles situées au niveau d’un gyre : Hawaii et l’île de Pâques. A Hawaii, ils ont tamisé le sable des plages au niveau de carrés de 50 cm de côté et 10 cm de profondeur. Ce tamisage d’un carré a permis de remplir 9 bocaux de plastiques.
Le plastique retrouvé à l’île de Pâques vient de la mer car il n’y a pas de production de plastique sur l’île.

Suite à ce constat d’une grande quantité de déchets plastiques dont des micro plastiques, ils proposent des solutions :
- utiliser la règles des 5 R (refuser, réutiliser, recycler, réduire et réparer)
- fabrication de Moai (statue en vente pour les touristes à l’île de Pâques) à partir des déchets plastiques ramassés.
- organiser des concours zéro déchets
- une machine qui produit de l’électricité à partir du plastique ramassé.

info portfolio

Mise à jour :
4 juin 2019

© Vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie 2012 | Plan du site | Contact | s'abonner au fil RSSFil RSS | Se connecter